Le Crash

 

 

Le Crash : Un bien fondé.

 

            Un bien pourquoi ? Parce qu’il est nécessaire que ce crash ait lieu. On ne recoud pas des oripeaux. Fondé pourquoi ? Parce que dès l’instant où l’économie a été voulue telle que nous la connaissons, ça a été au détriment du bien-être de l’homme. Donc le crash à longue échéance était inéluctable. Est inéluctable. Et ce n’est quelque part pas  la France et son peuple de râleurs qui sont en retard. Ce sont tous les autres pays qui suivent la même politique économique à commencer par le plus grand : Les USA. Et ce qui me subjugue, c’est qu’il vous faille aller trouver d’éminents intellectuels, philosophes et autres pour admettre que cette crise n’est pas seulement économique. Bon sang, cette crise est identitaire ! Que devient l’homme sous cette épée de Damoclès que sont vos systèmes économiques et politiques ? Un esclave courbé pour ne pas recevoir trop de coups. J’ai lu dans un de vos numéros qu’existe une haute et éminente intellectuelle, écoutée par tout le gotha et qui préconise l’arme nucléaire pour imposer la paix. Pauvre dame ! On n’impose jamais une paix. Imposer une paix, c’est mettre la guerre dans un placard. Et quand cette brave dame comprendra que tout bouclier appelle une arme, elle et avec elle et tous ceux qui l’écoutent sentiront quelque chose en eux qui s’ouvre…Vous me semblez être un troupeau d’asticots enfermés dans une boîte et celle-ci créée par vos soins. Ca se chamaille pour avoir la meilleure place, ça se chamaille pour avoir la richesse, ou le pouvoir, ou les deux, ça se chamaille pour un oui ou pour un non. Alors qu’il vous suffirait simplement de comprendre qu’ayant construit cette boîte vous vous y êtes enfermés tout seuls  et déclarez à grands renforts de cris : C’est la réalité ! Il n’y a rien d’autre !

Ce n’est pas en changeant l’appellation : « Ministère de la Guerre » en « Ministère de la Défense » que les choses ont changé. Que faudrait-il que vous fassiez alors ? Admettre que nous vivons une fin d’époque, époque dans laquelle l’homme, les peuples, étaient au service de grands économistes et pourvoyeurs d’armes et de conflits. Que ce soient les catastrophes naturelles, inondations, séismes, tremblements de terre, révolutions face aux dictateurs, politiques partisanes devenant obsolètes (avec plein d’asticots qui voudraient s’en contenter), tout absolument tous les problèmes sur cette planète ecchymose sont à lier entre eux par un seul lien : Evolution. Encore faut-il que vous le vouliez… Evoluer non par rapport à un salaire plus grand, une villa plus belle, un pouvoir plus grand mais évoluer en regardant la seule fenêtre fermée et qui va s’ouvrir inéluctablement : Celle de son for intérieur. Nous vivons une fin d’époque, admettez-le ! Nous sommes dans la queue du dragon. La réelle utopie est tous les jours à la Une du Figaro et autres papiers du même acabit. Utopie par qu’ils pensent tous ces éditorialistes avoir trouvé la clé du  problème. Ils ne font qu’osciller leur  âme endolorie dans la boîte d’asticots. 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau
Retour en haut de page