Mamy

 

Mamy

Il y a dans ces yeux là

Quelque chose d’indicible

Peut-être un lac

Ou plutôt un étang

A la profondeur

Dépassant la nuit

Des temps.

On a un peu envie

D’y plonger

Dans ces yeux de lumière

Ces yeux sourire

Ces yeux si fiers.

Tout autour

Ce ne sont que rides :

Ces chants de la Terre,

Microsillons

De vie toujours vers l’allant

Orchestrés par un Chœur

De Silences, de Je  et de Vent.

Tout autour

Ce ne sont que rides

Et je ne suis pas

Peu fier

De pouvoir admirer

Une telle œuvre de vie,

Une œuvre bien menée.

Je n’oserai même pas

Demander un baiser

Mon envie n’est  qu’un bourgeon

Face à cet infini espace

De mille et un pétales

Comment peut-on ne pas aimer

Ce qui sur la face

Est la trace angélique

D’un champ magnifique

Ou l’Unique Semeur

Et les innombrables semés

S’unissent

En une graine d’Aimer.

Rien n’est plus laid

Que ces préceptes de beauté

Ils sont l’appât rance

Avec lesquels

Trop sont piégés.

 

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire