Déconfinement

Mesdames, messieurs des médias

 

                J’ai un scoop à vous offrir. La fin de ce confinement approche et me voilà quelque peu maussade au crépuscule de cette réclusion. Tout simplement que j’aurai vécu ces 2 mois comme un bonheur, ou plutôt une ataraxie à laquelle j’offrais chaque jour des sourires et des mercis à une Terre en convalescence. Oui, j’ai été heureux car tout mon être n’était vivant que pour cette planète reprenant des forces. J’étais, je me sentais en osmose totale avec Elle, avec ses vibrations. Depuis des siècles malmenée par des humains somnambules, elle a durant ce confinement, offert ce qu’elle a de plus beau : le Don de Soi. Ne vous méprenez pas, ce n’est nullement de l’égoïsme car mes pensées et mes prières allaient également chaque jour pour ces personnes seules, comme mon amie Brigitte, en HLM au 4ème sans ascenseur. Ou Jackie, également en HLM, au 4ème sans ascenseur et qui à plus de 70 ans, suite à la perte récente de son mari, se retrouve dans la mouise. Mes pensées allaient également chaque jour pour les infirmières et tout le personnel soignant que j’appréhende de revoir en jaune bientôt dans les rues si nos dirigeants refusent d’accepter la leçon reçue. Le MEDEF et tous les loups qui, autour, vivent en meutes aux aguets, veut que notre pays puisse créer à nouveau des richesses quitte à atteler l’ouvrier avec le joug du pouvoir. Mais ils oublient, ces costumés au langage étudié derrière des micros infestés de négatif, que la richesse, nous baignons totalement dedans et ce, depuis belle lurette. C’est là, ça a été là un des messages délivrés par Gaïa durant ce confinement. Quelle satisfaction retirez-vous d’avoir vos entrepôts pleins à craquer quand, à la sortie des usines, ce sont les ouvriers qui craquent. Quelle satisfaction retirez-vous de gagner 30 000 euros par mois, voire plus, vous obligeant à embaucher vos propres geôliers pour garder votre prison à 3 millions d’euros, entourée de murs de 2 mètres de haut, hérissés de barbelés, caméras et tout le reste. Une absurdité totale. Que dire d’un multimilliardaire qui achète la Terre entière et qui meurt. Meurt-il milliardaire ou totalement idiot ? Nous approchons les 8 milliards de frères et sœurs. Je ne connais qu’une race : l’Humanité (Jaurès). L’histoire de l’humanité devient de plus en plus une course entre l’éducation et la catastrophe (H.G. Wells). Quelque part, un énarque sorti major de promotion et qui va aller de suite au cabinet (si si) est un ignorant, une victime du système préconisant la réussite comme étant une sortie de la masse pour la narguer de sa morgue. Le pauvre. Je me sens tellement bien au milieu des gens, au milieu de la foule, à la terrasse d’un bistrot (sauf le Fouquet’s). C’est là ma place. Et finalement la place de chacun d’entre nous. Nous sommes ensemble. Faisons en sorte de le rester tant pour la Terre que nos enfants qui vont y évoluer. Je disais presque 8 milliards d’habitants. Autant de religions. Nous arrivons vers une Aube Nouvelle, une pluie de nectar qui sera bonheur pour ceux qui la boiront et sera douleur pour ceux qui la refuseront. Nous vivons une période dans laquelle, on a plus à apprendre, dans le domaine du spirituel, d’un simple aborigène que d’un ecclésiastique qui, aussi haut fusse-t-il placé, ne sera jamais assis que sur son cul.

 

M.L.

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire