Mon adjudant

Mon adjudant

Si vous remettez à l’eau un dauphin échoué avec force encouragements et bravos, rires et larmes et contentements, pourquoi applaudissez-vous en voyant se noyer le migrant ? Et la photo du corps flottant a-t-elle été sur les réseaux sociaux, évidemment…avec force « j’aime » et autres mots d’aveuglement. Si vous remettez un oisillon dans son nid, doucement, prudemment, pourquoi chassez-vous de leurs demeures ces familles vivant autrement, sur le même sol, avec un même cœur de vivant. Si vous faites une chaîne de solidarité pour un animal blessé, un véritable évènement qui va faire 3 colonnes dans le quotidien du moment, pourquoi faites-vous un croche-pied au migrant qui fuit les sbires du pouvoir, avec dans les bras son enfant. Ça ne fera pas 3 colonnes, tout juste un entrefilet entre deux matchs de foot ou autre sport à la mode, ou bien après l’extrait d’un discours soporifique du politicien pour une croissance et un développement qui vont faire des plaies béantes sur cette planète ecchymose, et non bleue comme disent les ignorants. Si vous recueillez des animaux blessés, perdus, affamés, avec autour d’eux des dizaines de volontaires, pourquoi coulez vous ces embarcations de fortune remplies de femmes, d’hommes et d’enfants ayant fui leur pays en plein délabrement, où les eaux pures des sources rejoignent les rivières impures rougies de sang, où la fuite a été la seule issue des ces familles n’espérant pas un Eldorado, tout juste un peu d’accueil, un verre d’eau et peut-être un médicament pour le petit qui pleure depuis trop longtemps. Pourquoi dites-vous que les migrants fuyant leurs pays sont un véritable problème alors que le vrai problème c’est cette politique de pouvoir orchestrée par les pays les plus grands. Pourquoi êtes-vous si fier de votre pays quand dans une de ses villes, un noir est tué, un soir au coin d’une rue, par un policier raciste ou un autre est étranglé du pied par un idiot qui se croyait supérieur évidemment. Croyez-vous sincèrement que votre pays est toujours aussi grand (je ne parle pas de la surface évidemment). Pourquoi ne parlez-vous plus de transparence ? Eh bien je vais vous le dire, parce que vous avez fermé le rideau cachant les puissants qui, de leurs bureaux tirent les ficelles apportées secrètement par les ombres de la Finance, et faisant ainsi des populations des troupeaux auxquels il faut donner la bonne nourriture soporifique à dose précise, évidemment. Pourquoi, quand vous posez un pied sur un astre à portée de fusée, parlez-vous de grand pas pour l’humanité, en faites-vous trois en arrière avec vos armes de combat, si sophistiquées qu’il faut (évidemment) être très intelligent tant pour les concevoir que les mettre en œuvre, cela va de soi, mon adjudant. Vous allez me répondre qu’il ne faut pas tout mélanger, qu’il faut être féru en géopolitique, faire de grandes écoles et en sortir grand des grands. Eh bien je vous répondrai que la géopolitique n’est qu’un conglomérat de métastases sur le corps unique de l’Humanité. Ce n’est pas seulement le mal qu’il faut soigner. Il faut d’abord avoir le courage d’en découvrir la cause. Evidemment.

Michel Labeaume

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire