Bzz Bzz

Bzz Bzz

Quand je vois ou lis (en survolant) l’actualité, je constate que les médias sont toujours aussi hyènes et pyromanes à la fois. Avec avril 2022 en ligne de mire, ils ont fait de Zemmour un tison pour embraser les quotidiens. Ce n’est plus de l’information, c’est un incendie criminel. En fait, depuis la nuit des temps (depuis la sédentarisation) l’homme, au lieu de choisir l’échange et le partage a opté pour les clôtures, les murs et les boucliers. Et comme tout bouclier appelle une arme…De fil en aiguille, ou plutôt de conflits en assassinats, conquêtes au nom d’un pouvoir grotesque, la société s’est scindée en deux mondes : le monde du pouvoir (et de l’argent), le monde du peuple. Depuis, toutes les vies quotidiennes tiennent au seul nom du premier monde, celui des dominants. Le peuple est devenu quasi secondaire tant dans l’esprit des dominants que celui des médias, serviles de leurs maîtres. Le pire est quand un fait malheureux est provoqué par la politique, nos médias perfides tourneboulent leurs propos afin de désigner coupable du fait le peuple lui-même. Ce nuage de mouches à merdes qu’est ce monde des dominants a tout envahi, les esprits des gens, les forêts, les rivières, les prairies, les religions, et la vie actuelle n’est qu’une succession de gestes de sauvegarde afin de se protéger de l’autre (toujours coupable) et de désigner (avril 2022) la reine des diptères comme étant la plus à même de contenir l’essaim étranger et ses méfaits. Tout en continuant à ravager les existences (la leur comprise) à grands et petits coups d’initiatives malheureuses pour l’ensemble de l’humanité. Il existe toutefois un troisième monde, celui des hommes vérité, qui tout au long de leur existence ont lutté (avec leurs écrits, leurs discours) pour un monde meilleur. Avec les chanteurs et les poètes, ils n’ont ni plus ni moins été rangés, toujours grâce à ces médias cauteleux, du côté des utopistes. Ainsi est sauf l’honneur du dominant.   

Mais les choses changent. Et l’humanité également (surtout). La preuve en est qu’avec ce bouleversement climatique (pas seul fait de l’homme), les cataclysmes, les conflits (de plus en plus sanglants et idiots), les courses stupides à la richesse matérielle, tout cela étant prix comme unique sanie d’un bubon prêt à crever. Il est en train de crever et nous prenons toute cette purulence en pleine figure. Nous nous nettoyons ! Après, viendra le temps des soins, de l’Eveil, et du Nouveau Monde.

Rangez-moi dans le camp des utopistes et vous resterez dans celui des mouches à merde.

Michel Labeaume

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire