Soif

Nous avons soif d’autre chose.

Lutter contre le réchauffement climatique afin de prendre un nouveau départ avec les mêmes politiques d’Attila et de Picsou, c’est un non-sens absolu. De plus, une humanité coiffée de cette chape de plomb que sont les mensonges et non-dits ne peut évoluer. Surtout si cherchant son Ciel elle lève la tête pour apercevoir les nuages noirs d’orages conflictuels, de guerres larvées. Il est temps. Il est temps d’affronter cette vérité : Nous sommes en fin d’une ère, industrielle, qui aura foncé tête baissée vers les envies masquant les réels besoins, politique avec cette manie de coloniser, pervertir, soudoyer, tout cela pour s’affirmer grande puissance ! Aurait-il été burlesque de mettre un pied sur le sol africain pour échanger, discuter, partager au lieu d’assassiner et d’extorquer au prix lourd de tant de vies humaines ? Mais qu’est donc, mesdames messieurs les dominanti(e) s, un être humain pour vous ? Un pouilleux une fois que vous lui avez caressé le dos pour obtenir sa voix ? Le verbe aimer employé dans vos discours est un lingot de ferraille. Aucune valeur, aucun éclat, juste le poids de sa fausseté. Alors que dire quand il est soigneusement enfermé dans un écrin, lui-même dans un coffre rempli de billets : un oiseau empaillé…Placez l’Humain au centre des dispositifs, non comme une idole devant laquelle il faut se prosterner ou lui offrir des sacrifices, mais comme une âme voyageuse à la recherche d’un chemin de montagne menant plus haut, plus loin. Qu’il soit noir ou blanc. En ce sens, le raciste n’est qu’une variété de daltonien qui voit plusieurs couleurs alors qu’il n’y en a qu’une : Apprendre à aimer.

La matière devient illusion quand vous n’avez d’yeux que pour elle. Elle vous aveugle. Vous enferme.  Voulant agrandir ce cachot pour en faire un château, vous êtes le mégalomane ordonnant de bâtir, d’ériger, quand ce n’est pas de défricher, déboiser, emportés dans cette course au stupide. Tout est vibration. La matière est à l’esprit à son niveau le plus haut. L’esprit est à la matière à son niveau le plus bas.  Quand l’argent sert à développer des énergies positives, vous l’entassez. Là il devient stérile. Aucune action féconde. Même sil sera très difficile pour beaucoup de dominants de se regarder en face pour mesurer du regard le poids si lourd de leurs agissements stupides, ils devront en passer par là pour tourner le dos et enfin arpenter le chemin vers les sommets. En tête de cortège n’espérez pas y voir un énarque major de promotion, un diplômé de Harvard. Ce sera certainement un être ayant plus étudié dans les écoles buissonnières que dans les amphis. Il ne prononcera aucun discours. Comment avoir le culot de vouloir parler quand le Silence, guide suprême vous mène vers la Voie ?

La politique sans les Peuples n’est rien. Les peuples sans la politique sont déjà un tout.

M.L.

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire