Tadé

Tadé

 

            Je vais vous surprendre. J’ai quelque part enfoui en moi des milliards de germes d’étincelles de vie, de flamboiement d’un souffle venant d’au-delà des origines. Je m’exprime, à cet instant présent, à travers et par cela. Je ne puis faire autrement. Et c’est tant mieux. Tadé a terminé un chemin. A accompli son odyssée terrestre et est rentré à la Maison. Il a fait ce que chacun de nous a fait et fera. S’il vous plaît, essayez d’ouvrir le rideau de votre conscience. Elle vous fera apprécier alors sa luminescence. Le rideau est la peur. Le rideau est le doute. A travers cette luminescence, vous percevrez le murmure de la Vérité. Aussi beau et enchanteur qu’une source jaillie des fougères avec l’oiseau posé à ses abords. Aussi réel qu’est votre propre beauté car si vous êtes là, c’est pour grandir en elle. Laissez de côté les perturbations, les anicroches, les différends qui parfois nous pèsent bêtement car nous en portons parfois encore plus longtemps que nécessaire le poids. La branche ayant connu le froid, les tempêtes, la pluie, les maladies, y pense-t-elle encore au printemps, à l’instant sublime du parcours en elle de la sève nourricière pour encore grandir, grandir et honorer les firmaments, en accomplissant grâce à l’énergie lumineuse, le miracle du vivant. Tadé va dorénavant continuer ce pèlerinage en récoltant les graines dans son cœur, son âme, pour continuer à évoluer et sublimer ce pourquoi il est : Amour. Le chagrin, le deuil sont inéluctables, humains. Mais comme un orage fait courber les têtes et s’isoler dans son abri, faites de vos larmes cette pluie et afin de pouvoir admirer l’arc-en-ciel qui suit, levez la tête et cueillez une parcelle de ces éclats offerts avec votre sourire pour découvrir en vous ces fleurs de lumière qui font la Vie. Tadé n’a besoin de rien d’autre que cela. Le Destin vous a liés. Vous l’êtes encore pour plus longtemps que vous ne croyez. Et de cette Union, faites un jardin accompli. Un Eden réalité. Rien n’est plus facile avec le sourire et la Certitude. Ce qui peut rendre cette œuvre difficile à façonner, ce sont deux mille ans de soumission. Vous n’avez plus à l’être. Ne soyez plus ce morceau de glaise oublié dans un coin. Offrez-vous au Sculpteur. Façonnez votre Destin.

Dziękuję wam za umożliwienie mi cię kochać

 

M.L.

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire