Magnificat

Magnificat

Il va bien falloir vous y faire, à ces jours prochains qui, au-delà des immeubles en péril, des convois humanitaires, des longues files de réfugiés et de migrants fuyant la politique exécrable au possible de ces dominants barbares, appuyée par des médias avides de sang, de noirceurs, pointent leurs aurores nouvelles. Vous ne sentez pas qu’en ce moment, à cet instant même, l’humanité a atteint son point de non-retour. Que tout ce qui l’a construite jusqu’à maintenant a débordé et ces trop-pleins se déversent dans les égouts, dans les champs, les océans mais aussi les esprits encombrés d’incompréhensions, de non-sens. Depuis 2000 ans, nos maîtres, ayant ouvert la boîte de Pandore, y puisent jusqu’à la folie ce qui fait d’eux des puissants, des riches, voulant jusqu’à posséder ce qui ne se possède pas (les âmes). Mais il est écrit que celui qui tend ses pièges en est la première victime. Vous n’aurez pas à les juger. Ils auront déjà bien du mal à se regarder en face. Sans fuir. Vous pouvez d’ores et déjà entrer par l’esprit dans ces prochains et nouveaux jours. En les gravant dans votre certitude. En faisant fi de tout ce qui fait l’actualité, en souriant déjà et simplement. Afin d’en être acteurs. Et si vous vous rassemblez, peuples de cette nouvelle Vie, ils ne pourront rien faire. Ils seront impuissants face à cette immense foule marchant vers le Seuil. Ils, je veux dire autant ces magnats, ces technocrates, ces despotes, que ces éditorialistes au mental chargé d’intellectualisme poussiéreux, cherchant le pourquoi du comment afin de jeter une énième fois le discrédit sur ces hommes, ces femmes et ces enfants, ayant décidé de vivre autrement. L’être humain que vous êtes vous allez le découvrir diamant et chaque jour, chaque instant propice, vous découvrirez une de ses facettes, étincelante à souhait. Et ce ne sera jamais fini. Qui plus est, en faisant ce premier pas sur le Seuil, vous vous rendrez compte que vous avez piétiné l’espérance. Oui, devenue inutile, vous avez choisi, en osant avancer, d’être tout simplement. Rayonnants. En jetant un regard en arrière, vous apercevrez ces Hamlet, la mort à bout de bras, encore se poser la sempiternelle question.

Chacun de nous ainsi, pèlerins de l’Un possible, est à lui seul un pétale se déployant à la lumière aurorale, ce qui, au bout, pourra donner une corolle aux plus de 7 milliards de pétales. Passer du chaos à une telle harmonie en un claquement de doigts ?  Détrompez-vous, il aura fallu des siècles pour préparer cela, des siècles de souffle intime dans le creuset de l’intuition, des siècles de murmures d’Echo pour insuffler ce nouveau son. Puiser dans les âmes saturées un nouvel espoir et le nourrir de persuasion, d’évidence. Ça n’aura pas été un claquement de doigts, mais des préliminaires apportant des étincelles de lumière et des engrais féconds. Et pour une telle fleur de lumière, l’enjeu en vaut la chandelle brûlant sa flamme tranquille près de l’Enfant qui dort, rêvant avec ses larmes, d’une autre moisson.

M.L.

  • 1 vote. Moyenne 5 sur 5.

Ajouter un commentaire