Du silence

Du Silence,

Si dans ce présent, vous ne semez que des cailloux, que vont récolter vos enfants ?

Comme la lumière blanche contient toutes les couleurs, le silence contient tous les langages.

Si vous lui donnez votre abandon, votre indifférence, il vous rend le vide et le néant. Si vous lui souriez, il vous déploie une once de ses mystères. Le silence vous obéit. Ne lui offrez pas un sucre pour qu’il fasse le beau. Offrez-lui un premier pas. Il vous fera beau. Entre toutes les lignes de tous les livres depuis l’aube des temps, c’est peut-être son manque, ou votre rejet qui incitent à jeter l’encre. Alors qu’avec votre premier pas, le   besoin vital d’y   naviguer se découvre et la voile ainsi offerte à son souffle vous fera explorateur de l’Un-possible. Toutes les lois, les décrets et dogmes qui jonchent vos quotidiens n’émanent-ils pas de son incompréhension et sont donc comme des pierres lancées à sa face. Votre peur veut ainsi le lapider. Mais quel projectile peut atteindre le transparent, l’ineffable ? Nul autre que celui de votre abandon à sa magnificence. Beaucoup diront « tout cela ce ne sont que des mots. Ça n‘a rien à voir avec la réalité. Et le silence se fait lourd car il prend le poids de leurs propos avec en subjectif cette question « Où est le sot ? celui qui n’ose s’élancer où cet autre qui veut sauter sans prendre son élan ». Ce ne sont pas vos dirigeants actuels qui feront le premier pas. Ils sont cernés de toutes parts par leurs propres cris, égarés dans ces palais des conciliabules. Du temps, il leur faudra du temps pour s’épousseter et s’assoir face au silence, débarrassés de l’armure de leur ego. C’est vous, passants, anonymes, sans-dents, têtes baissées et toutes celles et tous ceux ne répondant pas aux sempiternels mépris dont ils sont l‘objet (déjà là donnez sa valeur à ce silence) qui pourront s’ouvrir et se donner la main. Ô, il n’y aura pas de leader, de foules amassées hypnotisées par un tribun habile. Il y aura des être nouveaux, unis quelle que soient leur conviction et leur couleur, des humains à grandir ayant osé accomplir ce premier pas et pénétrer ainsi, ensemble, dans ce monde étrange où le héraut ne déclare plus de guerre, car il est le silence offrant ses horizons déployés. Manant, tu seras en tête de cortège. Que ta seule ambition soit ta soif de connaissances face à cette encyclopédie silencieuse ouverte à qui s’est abandonné.

Le silence parle à ceux qui savent écouter (Christine Orban)

Dans le silence et la solitude, on n’entend plus que l’essentiel (Camille Belguise)

Michel Labeaume

16 octobre 2021

  • 1 vote. Moyenne 5 sur 5.

Commentaires

  • PATRICK MARTELLO
    • 1. PATRICK MARTELLO Le 17/10/2021
    yo

Ajouter un commentaire