Le rideau

Le rideau

J’écarte à peine le rideau de l’actualité pour apercevoir le ciel d’un bleu profond et ressentir une émotion de curieux venant d’accomplir un interdit. Le rideau est lourd car il est fait surtout de cette hégémonie malheureuse des puissants sur les peuples. Il me suffit de le secouer juste un peu pour voir tomber une pluie de maux, poussière empoisonnée empêchant l’Inspir, carcan des condamnés et de leurs bourreaux. Je ne me sens pas pourtant inquisiteur mais simplement âme en besoin de connaissance. Les puissants sont pris au piège de leurs comportements égocentriques et cherchent en vain une sortie qui ne les dévêtira pas de leurs pouvoirs, leurs prérogatives. C’est impossible. Le rideau va devenir de plus en plus pesant et des déchirures ici et là vont apparaître. Le futur ne leur appartient plus. Il est déjà Présent, dans le fourmillement des énergies nouvelles qui s’insèrent par toutes les ouvertures possibles des esprits chercheurs et même par les fissures, les fêlures, bien opportunes pour la lumière. Devant le regard de tous ces adeptes du Renouveau, le rideau va s’embraser, l’étincelle de l’acceptation ayant mis le feu à ces lourdeurs, toutes ces lourdeurs politiques et médiatiques vues et vécues comme elles devraient l’être : utopie. Devant eux, le ciel sera nouveau. On a beau dire que le ciel bleu on sait ce que c’est, là ce sera bien autre chose. L’intensité des couleurs sera surprenante et avec elles l’attirance palpable de faire le premier pas vers cette Aube nouvelle. Dans cet infini écrin qu’est la Création, une planète vivante est autre chose qu’un ramassis de belliqueux, de soudards et de Vocifer aveugles et sourds. Elle accepte pourtant de les porter car sachant les possibilités d’évolution que tous ont en eux, il va bien falloir ouvrir les yeux et éviter un énorme gâchis en acceptant l’infinité du Verbe aimer. Des amas de ferraille vont rouiller ou seront recyclés pour offrir à ces terres labourées de folies criminelles des arbres et des jardins fleuris. Il ne s’agira pas d’enclencher des procès afin de juger et condamner. L’avenir n’a besoin que de légèreté, de limpidité, sourires, confiance et certitude d’arpenter un nouveau Monde où les monuments aux morts laisseront place à l’immensité du Vivant.

Ne doute plus mon enfant. C’est inscrit dans ton cœur et quand tu seras grand, ce sera à ton tour de le délivrer à tous ceux qui voudront participer en chœur à ce Chant.

Michel Labeaume

12.11.22

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire