Demain

Demain

Quand les Humains seront enfin débarrassés de la politique du profit, la plupart réagiront comme des mouches qui, depuis des décennies, pour ne pas dire des siècles, se cognaient contre les carreaux et verront soudain leurs fenêtres s’ouvrir. Le plus difficile sera pour les puissants et les riches qui assisteront, ébahis, à la chute inéluctable de leurs châteaux de cartes. Car tout ce qui est illusoire pour l’âme finit par s’écrouler. Notez que ce ne sera pas une punition mais un mal, une douleur nécessaire afin de se relever guéri et enrichir enfin son âme et non engraisser l’ego. Jusque dans les plus grandes universités où l’on enseigne l’économie et l’on prépare ses élites, le nouveau Mouvement fera descendre de leurs savoirs tous ces éminents professeurs qui se retrouveront « nus » et parmi eux ceux qui accepteront de suivre le cancre, auront la révélation de la Connaissance grâce à une certaine école buissonnière. Les grands groupes quels que soient leur axe de puissance subiront à peu près le même sort. Il faudra parmi leurs dirigeants être très audacieux pour se jeter dans le Mouvement alors que d’autres déploreront cela tout en ne sachant quoi faire. La Santé progressera en un an ce qu’elle faisait en un siècle et là aussi les hydres obscures qui veillaient à la bonne observance de leurs consignes (Bigpharma) connaîtront la douleur de leurs méfaits. L’Art fera comme une fleur nouvelle en germant avec joie et certitude dans le terrain béni des esprits créateurs et les œuvres foisonneront d’originalité, d’innovation. Et moi je te sourirai et ensemble nous irons nous installer à la terrasse d’un bar pour apprécier, observer et sentir en nous monter un maelström de frissons. Peu importe que le lendemain nous nous lèverons tard, nous le savons bien, dorénavant, que le Vivant a autant besoin d’une certaine paresse que de précipitations vers ce lieu où le soleil rougeoyant darde ses rayons à travers la brume et les feuillages.

Laisse-moi t’aimer sans fioritures, sans artifice, comme on se doit de sortir des supplices qu’ils s’entêtent à nous infliger afin de pérenniser leurs pouvoirs obscurs. Laisse-moi prononcer ma prière pour remercier ce Monde nouveau, prière qu’est mon sourire de voir renaître le Beau. L’essentiel n’est-il pas dans chaque pas accompli vers d’autres aurores et puis encore pousser toujours plus loin, voir briller les galaxies, les admirer danser dans le grand Mouvement de Vie. Et dire que nombre d’obtus parlaient de chaos ! La vérité est d’abord dans le regard pour toujours voir plus haut. Je ne sais pas, je

ne sais plus, mon esprit s’enrichit de silence en noyant mes mots. Je suis sur le rivage de tant et tant de mondes qui étincellent dans la diversité semée avec le Verbe enfin ressuscité.  Laisse-moi t’aimer car ta joie est devenue ma nourriture et j’ai toujours si faim de te voir briller. Sais-tu que même les crapules devront abandonner leurs armes et leurs armures, pour pouvoir accompagner les milliers d’âmes pures qui n’ont de cesse de rayonner. Laisse-toi aimer. Laisse-toi aimer et ainsi tu n’arrêteras plus de grandir et t’enrichir comme un vénérable dans cette immense forêt humanité où les mains levées feront la canopée pour accueillir les jours nouveaux autant que les nuits sibyllines où se murmure l’Echo.

 

Michel Labeaume

 

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire