Le puits

Le puits

 

Alors, mettant Dieu à toutes les sauces, ils le nièrent. Dans toutes les couches ou presque de la société. Les dominants, avides d’argent, de pouvoir, de dominer, ne croient en Dieu que pour le prendre à témoin de leurs actes de sang, de corruption comme étant nécessaires ou secondaires. Mais l’intelligence sans aimer est un cul-de-jatte qui veut faire un marathon. Alors de discours en discours ces dominants aveuglent les masses qui les suivent comme des guerriers prêts à combattre. Et ces masses croient en cette force et ces masses ne croient plus qu’en elle, rien d’autre. Le puits dans lequel s’enfonce cette humanité je n’en connais pas la profondeur mais je sais que dans ce conglomérat surgissent ça et là des regards vers le haut, vers la margelle éclairée et qui se fait de plus en plus petite au fur et à mesure de la descente. Cette lumière à laquelle ces personnes s’accrochent se reflète en eux et devient un égrégore. Un bâton de pèlerin. Considérés par les autres comme étant utopiques, voire hérétiques de la religion argent pouvoir, ils sont raillés. Dans beaucoup de pays où se déroulent des élections, on choisit le candidat guerrier, celui qui a le plus de voix, le plus d’identité nationale et la descente dans le puits continue. Si par malheur on en vient à une guerre mondiale, les médias joueront les innocents en posant la question : l’homme est-il vraiment un loup pour l’homme ? Et l’on invitera sur les plateaux, philosophes et intellectuels qui, désireux de se mettre en avant, vomiront leur soupe à grands coups de citations et la descente dans le puits continuera. Et les regards vers le haut sont de plus en plus nombreux. Les regards vers le haut ont compris qu’une énergie nouvelle a surgi, comme une racine déchirant le béton, comme une herbe non désirée sur un trottoir récemment fait à neuf. Rien ni personne ne peut l’arrêter. Il faut à la fois être discret et tendre la main pour aider et non missionner, évangéliser. Tout cela est terminé. L’ère des missions est achevée. Il y a temps et temps de coïncidences qui montrent le changement flagrant d’ère que beaucoup de ce qui voient  se font aveugles et beaucoup de ceux qui entendent se font sourds. La peur, uniquement la peur est maître de leurs actes. Ils se sentent bien à cette profondeur de puits. L’évolution de l’homme passe nécessairement par le spirituel, car quel qu’il soit, l’homme porte le divin en lui. Ne pas y croire, c’est ne pas croire en soi-même. De plus, chaque être humain est à lui seul une part d’univers, un monde à explorer, une religion à écrire. De ce fait il n’a nul autre besoin pour prier que d’être seul avec lui-même aussi bien sur le quai d’une gare qu’au fond d’une forêt ou au bord d’un étang. On dit souvent : Tant qu’il y a de la vie, il y a de l’espoir. Ceux qui, dans le puits, ont le regard vers le haut, ont laissé l’espoir à celles et ceux qui en ont besoin car eux, c’est écrit, cheminent dès à présent dans la Certitude.

 

M.L.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

revenir en haut de la page