Venise

 

                Venise

 

Un jeune dauphin s’échoue

Sur une plage.

On se précipite,

On le caresse,

On le sauve,

Alors on applaudit,

Ivres de bonheur.

Un migrant est en train de se noyer,

On rigole,

On se gondole

(C’est à Venise)

On montre du doigt,

C’est la mort du migrant.

On trouve un chien galeux,

Apeuré, tout tremblant,

On lui donne à manger.

On est félicité,

On applaudit.

Il voit une mendiante,

Lui donne quelques pièces

Et reçoit une amende

Pour ce geste.

Des migrants s’enfuient

Devant des hordes de policiers

Armés de matraques.

Et même, je dois vous dire,

Qu’un témoin fera un croche-pied

A un père tenant dans les bras

Son enfant.

C’est l’humain,

Pas de demain,

Mais celui

De maintenant.

Pendant ce temps,

A la télévision,

Journalistes,

Politistes,

Economistes,

Se congratulent

De la croissance revenue,

Le CAC  40

 En pleine érection

Va éjaculer plein de pognon

Pour de gras actionnaires.

C’est l’Humani-terre

Ecchymose

Sont-ce les épines de la Rose,

Trempées dans le purin

Et portées en collier

Par de lourds mannequins ?

Où es-tu Terre bleue ?

Je suis là

Murmure le Silence

Fournissant les semailles

A celles et ceux

Qui ont ouvert leurs mains.

 

M.L.

 

 

 
 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
 
Retour en haut de page