Lettre aux racistes

Lettre aux racistes

Où l’on se rend compte de la chute qui, depuis trop longtemps, est masquée par le mot « Réalité ». La chute liberté, la chute égalité, la chute fraternité. Votre idole va-t-elle changer la devise républicaine (qui figure dans l’article 2 de la constitution) ? Mais où avez-vous mis vos neurones ? Comment donc ces puissants potentiellement pervers peuvent-ils vous pousser dans leur parc et se repaître de vos pitoyables poussées vocales ? Vous méritez amplement mieux. Mais vous n’y croyez pas. Vous vous gaussez de ce côté Bisounours que peuvent avoir certains. Vos persiflages ont ceci de réel qu’ils n’atteignent peut-être pas votre ego, mais votre âme, certainement. 
Une période s’achève, elle sera dite « lourde ». Mais ne croyant pas à sa fin, vous préconisez des sociétés militarisées, des canons et des boucliers comme gardiens d’une « paix » toute relative (là c’est le diable qui se marre). Qu’est-ce qui vous pousse à ne pas aimer l’arabe, le noir, l’étranger ? Toute l’humanité n’habite pas Venise…Nous sommes, quelle que soit notre couleur, nos convictions, sur cette Terre, non pour abreuver nos sillons d’un sang impur, mais pour tendre la main à l’autre, quel qu’il soit. La France est encore un pays colonialiste et vous le savez et vous le taisez. Je le crie ! Les banques françaises sur le sol africain ne sont pas implantées pour aider ce continent mais pour garder une main quasi esclavagiste sur ces peuples. Nos économistes sont tous des pervers. L’univers, nous n’en connaissons pas la taille. On sait que sa « vitesse d’expansion est de 72 km/seconde et dans ce cas, sans pénétrer à la foire du Trône, dire que l’on est la seule planète habitée relève de la goujaterie. Nous sommes des millions de planètes habitées. Certaines sont plus évoluées que d’autres. D’après vous, si l’on pouvait dresser un tableau de la hiérarchie évolutive, où se situerait notre Monde. Surtout ne dites pas dans le peloton de tête, là c’est moi qui me gausserait. Avec vos méthodes et vos idées cromagnesques, je dirais plutôt que la voiture balai n’est pas loin derrière nous.

M.L.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

revenir en haut de la page