La gavotte

La gavotte du domestique ayant rendu son tablier et lâchant un rot musclé après avoir bu un verre de Chivas à cent euros la bouteille subtilisée au maître.

 

 

 

                Ils s’éloignent toujours un peu. Mais les pas trop hésitants ne permettent pas le recul nécessaire. Ainsi, face à eux, les non-dits encore s’accouplent-ils avec les Vocifer. Pour ceux-là, l’immaculé n’est qu’une voile perdue sur l’océan des stupidités. Pouvoirs et Finance, anguilles pernicieuses, se reproduisent dans l’amer des sarcasmes. Cerveaux camisolés, les lourds sont victimes de leur ego, englués dans le marasme quotidien. L’hellébore et le jasmin, malgré le froid, savent donner de leur écrin, savent apporter un peu de la Source. Ils admirent. Ils sourient et s’en retournent à leurs devoirs qui allongent sans cesse la liste des cadavres. Mais les peuples regardent sans vraiment approfondir, car ils s’éloignent toujours un peu. Les peuples soignent ce qu’ensaignent leurs dominants. Jusqu’à quand le sang va-t-il couler ?  De jours en jours lamentablement déroulés comme un écheveau pesant et auquel apportent les médias serviles l’officialisation de la lourdeur jusqu’à son indispensable réalité, les réveils sont durs, mécaniques. Jusqu’au paroxysme de l’indécence, l’humanité est dans cet état de non-sens par la faute des peuples ! En aucun cas, dominants et pouvoirs ne peuvent faire d’erreurs car ils ont l’intelligence. Celle-ci rend boiteux celui qui ne lui adjoint pas l’autre pas. De dimensions en dimensions, où mènent ces marches d’escaliers que l’on refuse de gravir ? Ils viennent de découvrir l’intelligence des arbres en même temps qu’ils détruisent les forêts et dépensent sans compter pour l’eau de la planète Mars alors qu’ici-bas 800 millions de gens n’ont pas accès à l’eau potable. Quel prétexte vont-ils donner pour nous désigner coupables ? ô croyez bien mesdames et messieurs qui êtes assis sur votre trône que je ne vous demande rien d’autre qu’arrêter un instant, vous poser ! Ce ne sera nullement une perte de temps. Beaucoup d’entre nous l’attendons cet instant ! Moi avec impatience étant du Bélier. Oserai-je vous chuchoter de lâcher votre sceptre et saisir un rouleau de papier toilette ? Il est des sièges   autrement plus reposants et salvateurs quand ils vous délivrent d’un orgueil bien trop mal placé. Quelle différence peut-on deviner entre un pédégé gagnant 500 euros tous les quarts d’heure, travaillant 7 jours sur 7 et une tortue de 150 ans ? L’animal, lui, de par son karma, n’aura pas à refaire le parcours de l’autre.

 

M.L.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau
Retour en haut de page