Echo murmures

 

Il y a comme une espèce d’atonie. A peine arrivé dans ce coin de campagne bien plus qu’agréable, l’impression émerge en soi comme une fleur de sentiments qui s’épanouit. La lumière, le ciel bleu, les papillons, les moucherons, les oiseaux au chant choralien, la brise légère, tout est en place pour nous offrir cette Paix. Et cela ne saurait être sans le Silence. Bien sûr, au loin parfois une voiture mais cela ne fait que sublimer ce silence. De plus, le parfum de l’herbe coupée, les jeux de lumière à travers les feuillages, on n’est pas dans ces moments-là, on naît. Hors d’âge. Vider sa tête, laisser son esprit baigner dans cette osmose, en faire partie, jusqu’au point de non-retour, ou juste avant. Ne pas essayer de trouver les mots justes pour souligner ce tout, puisqu’indubitablement notre âme est la seule écriture possible sur une page d’éternité. Poésie tout cela ? Que nenni ! Réalité. Arrivé au bord de l’étang, les foulques se mettent à courir sur le miroir, farouches. Pas de cygnes aujourd’hui, ni de héron. Je longe un autre étang et les vaches accourent dans le pré d’à côté pour me saluer. A un mètre de moi, de l’autre côté de la clôture, tout le troupeau me dévisage. Ça souffle fort, ça meugle gentiment. Elles aussi savent apprécier le bien-être. Mince, c’est quand même beau une vache dans un pré. Au bout de ce deuxième étang, une croix érigée, seule, isolée dans cette campagne, sur un petit monticule en pierre. Quelle est son histoire ? Quel évènement a poussé les parents de nos parents à la placer là. Le chêne un peu plus loin doit sûrement savoir. Il en a été témoin. C’est un vénérable au tronc si plein de rides et de creux, qu’on le regarde non comme un végétal, mais comme une bible sur laquelle la Vie a écrit son œuvre.

Voilà, j’ai rechargé mes batteries. Et pas qu’un peu.

 

Les papillons sont des corolles qui se détachent des fleurs pour nous montrer que jamais rien ne fane tout à fait.

 

M.L.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau
Retour en haut de page